02/09/2007

Hommage

Tu me manques Lee. Je viens de mettre à manger dans l'écuelle et je ne te vois pas venir au galop en me regardant en en regardant ton plat. Et je n’ai plus à dire : Lee, arrête de manger comme un cochon. Tu en mets partout. Tu manges trop vite, tu vas encore être malade. Tu avait l’art de manger en dehors de l’assiette. Combien de fois pas jours, n’ai-je pas changé la serviette collante de tes débordements ?

Et puis, tu étais toujours le premier à réclamer la pâtée. Et pleins de « miauw » pour que je te serves. Aujourd’hui, je suis toute perdue. Toi, tu mangeais plusieurs fois par jour. Et il suffisait que j’aille dans la cuisine pour que tu réclame à grignoter. Et alors, les autres suivaient. Maintenant qui va me dire qu’il est l’heure de manger ?

Et puis, tu ne mangeras plus les fils du tapis du hall d’entrée. Combien de fois ne t’ai-je pas dit que ce n’était pas à manger.

Tous ces petits détails qui te rappelle à moi. Ce matin, j’ai changé la litière. Les dernières traces que tu as pu y laisser, je les ai jetées.

Il fait bien calme. Trop calme.

Tu parlais beaucoup tu sais. Je t’appelais, tu répondais. Tu miaulais parfois bien fort quand tu baillait. Tu émettais un « vrrrrrr » ou un petit « miauw » quand tu te posais sur l’oreiller derrière ma tête, et que je mettait la main sur la tienne pour te souhaiter la bienvenue. Et toutes ces petites conversations que nous faisions tous les deux. Je te parlais et tu miaulait en retours. Tu ne devais rien comprendre à ce que je disais, mais bon, laisse moi y croire. Nous étions complice. Plus de grands miauws quand je sors de la douche, et que tu voulais que je te prenne dans mes bras humides. Et là aussi, je pouvais te dire des petites phrases que tu ponctuait d’un miauw retentissant.

Plus de grattage à la porte de la chambre pour dire « laisse moi entrer »

Plus de salut comme tu savais si bien les faire. Tu était tout trognon quand tu les faisais. Les pattes de devant tendues en avant et ton corps porté vers le haut et en arrière, comme on voit dans les films le salut à un prince ou à un pharaon.

Je te cherche en vain Lee. Il suffisait que je tourne la tête pour voir une boule de poils dormir ou prête à bondir au moindre appel de ma part, où quand j’allais à la cuisine.

Je me souviens aussi de ces minutes assis tous les deux sur le pas de la porte de la terasse à prendre le soleil.

Toutes ces places où tu as pu dormir, les canapés, le fauteuil, le lit. Les places où tu observais ce qui se passait autour de toi : comme t’asseoir sur le bac à litière. Plus de Lee qui vient  se coucher sur le bureau quand j’y travaille. Ou mieux encore toutes les fois où tu es venu te coucher sur mes genoux ou t’allonger sur moi quand j’étais dans mon lit. Et surtout, tu ne viens plus miauler pour sauter sur mon épaule gauche et faire des ronrons à n’en plus finir, en me plantant tes griffes dans le dos et en frottant ta tête contre mon cou.

Tu vois pour le moment, je ne peux plus dormir dans mon lit. Car tu n’es pas allonger derrière ma tête, parfois même sur mes cheveux.

Et toutes ces petites parties de jeux improvisés. Ma main se promène le long du bord du lit, et tu te trappes à l’affût, attendant le bon moment pour sauter sur ma main. Et nous faisions la même chose avec les montant des canapés.

C’est si calme Lee. Tu ne marche pas dans le salon. Tu ne te couche pas sur mes chaussures.

Tu ne vient pas miauler pour réclamer le poulet ou la viande que je prépare. Tu accrochais tes pattes à l’évier en t’étirant un maximum croyant attraper quelque chose. Parfois tu allais te servir directement quand j’avais le dos tourneé. Tu était aussi espiègle. 

Je me souviens quand tu étais tout petit, tu grimpais aux rideaux. Et quand j’avais plein de plantes dans l’appartement, nous jouions à cache-cache quand venait l’époque de rempoter les plantes.

Pleins de souvenirs. Il m’en viendras sûrement d’autres qui me reviendront en mémoire Lee.

Dors bien mon Bébé., mon Linou adoré. 183_ce27bdc35bdb664b450414328aff9b05

16:19 Écrit par Miauw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.